Le CO2 va-t-il tous nous rendre sots?



Pour bien fonctionner, notre cerveau a besoin d’oxygène. Or, lorsque l’air que nous respirons est trop chargé en dioxyde de carbone, notre sang devient plus pauvre en oxygène et notre cerveau « respire » moins bien.


En 2012, une étude a établie une nette corrélation entre la ventilation des classes d’école et les résultats scolaires des élèves: plus la concentration de CO2 dans une classe est élevée, plus la mémoire et la concentration des élèves diminuent.

L’impact du taux de CO2 sur notre cerveau est un sujet qui demeure pourtant très rarement abordé.


Etat de somnolence généralisé, troubles anxiogènes, déclin des capacités cognitives, voilà parmis tant d'autres les effets d'un taux trop élevé de dioxyde de carbone dans l'air.


Récemment, les chercheurs de GeoHealth ont établi qu'à l'horizon 2100, nos capacités cérébrales linéaires, à savoir une réflexion basique comme se faire un oeuf à la coque, pourraient être réduites de 25%. En ce qui concerne nos capacités cérébrales non-linéaires (une pensée plus avancée comme planifier un projet), c’est une baisse de 50% que prédisent les auteurs.


Plusieurs autres études ont déjà émis l’hypothèse que l’épidémie de dépression dans notre société pourrait en partie être expliquée par la hausse du taux de CO2 dans l’atmosphère. A ce stade, il y a de sérieuses raisons de craindre qu’à l’horizon 2100, si l’émission de gaz à effet de serre continue sur sa lancée actuelle, nous serons sots, endormis et dépressifs !


Mais pouvons-nous éviter cette perspective démoralisante ?


A notre échelle, nous pouvons agir en favorisant les transports en commun à la voiture, le train à l’avion, en abandonnant le diesel... Bref, en adoptant une responsabilité écologique. Une autre solution est de réoxygéner notre cerveau en passant le plus de temps possible dehors et en aérant le plus souvent possible nos espaces intérieurs, surtout en hiver.



Il a été établi que les épurateurs d'air HEPA permettent d'améliorer notre productivité jusqu’à 11% dans un espace intérieur grâce à leurs bienfaits sur la qualité d’air.


Nous pouvons donc limiter les effets du dioxyde de carbone dans notre vie quotidienne en s'équipant de purificateurs d’air HEPA, qui, grâce à leurs systèmes de filtration permettent de réduire drastiquement le taux de CO2 dans nos intérieurs.


54 vues0 commentaire