Comment les virus et bactéries se déplacent-ils dans l’air ?


Chez GreenAir ATA, nous combattons la transmission aéroportée dans le milieu hospitalier depuis bientôt 35 ans. Il était temps de vous présenter un article sur le sujet.


Qu’est-ce que la transmission aéroportée ?


La transmission par l’air implique la prise en compte de deux phénomènes associés.


Premièrement, l’existence de micro-organismes tels que bactéries, champignons, virus.


Dans un second temps, celle de particules inertes d’origines environnementales ou humaines qui servent de support aux micro-organismes.


Ces phénomènes sont appelés respectivement aérobiocontamination et contamination particulaire.


Comment ce phénomène fonctionne-t-il ?


Une personne en activité émet plus de 5 000 000 de particules par minute. Mais d’où viennent-elles ?


1- La peau ainsi que les voies respiratoires qui renferment de nombreux micro-organismes ;


2- Les gouttelettes rhinopharyngées émises lors de la parole, de toux ou d’éternuements.




Les grosses particules sont elles aussi dangereuses que les petites ?


La différence entre les particules plus grandes que 5 microns et plus petites qu’1 micron est importante.

En effet, la taille des particules permet d’expliquer les différents modes de transmission. Les grosses particules de diamètre supérieur à 5 microns vont sédimenter rapidement et se diffuser sur une faible distance, tandis que les particules fines, de diamètre inférieur à 1 micron, resteront en suspension plusieurs heures et se diffuseront aisément dans la pièce.

De plus, les particules fines peuvent pénétrer profondément dans l’arbre respiratoire. Le pouvoir pathogène d’un bioaérosol dépend donc de la taille de particules le composant, mais aussi du nombre de micro-organismes, et de leur survie dans le bioaérosol.


Pourquoi en parler ?


La transmission aéroportée est une préoccupation majeure des établissements de santé, puisque le phénomène est fortement lié aux infections nosocomiales: elles représentent environ 750 000 infections par an, et seraient la cause directe de 4 000 décès en France selon l’INSERM. Sujet d’actualité lié à la pandémie COVID-19, la transmission aéroportée serait notamment la principale voie de contamination du SARS-CoV-2.


Comment réduire le risque ?


Il existe plusieurs moyens d’agir contre la transmission aéroportée :

Réduire les émissions est possible grâce à des mesures telles que le port du masque et certains gestes barrière.

Le traitement d’air hygiène est le moyen le plus efficace pour lutter contre ces transmissions aéroportées. Le procédé permet de réduire la charge particulaire et microbiologique à l’aide de filtres à haute efficacité ainsi que de technologies de réduction microbiologique. Cela a pour effet de réduire drastiquement les risques de transmission aéroportée et donc le risque de contamination.

124 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout